recherche

Minute recherche
La Data au service de la logistique

Portrait du chercheur

Sébastien Thomassey

Enseignant chercheur à l’ENSAIT, Sébastien Thomassey est spécialisé dans la Supply Chain de la filière textile. Ses expertises de recherche sont notamment : la prévision de vente, la classification des morphologies, le Machine Learning, l’Intelligence Artificielle, la modélisation, la simulation et l’optimisation de la production et des approvisionnements.

Qu'est-ce que la Supply Chain ?

La Supply Chain de la filière textile désigne l’ensemble des processus d’approvisionnement en matières premières, de production & stockage et de distribution.

La recherche en Supply Chain

 L’industrie 4.0

Actuellement, plusieurs projets de recherche basés sur les concepts issus de l’industrie 4.0 visent à améliorer la Supply Chain à l’aide de nouveaux outils numériques de gestion de données tels que l’IA et le Big Data. L’objectif est de pouvoir s’adapter à la demande des clients pour optimiser au mieux les approvisionnements et la production. Cela permet ainsi de réduire drastiquement les différents coûts et délais ainsi que d’augmenter l’adéquation entre la production et les besoins des clients. Ces travaux permettent également d’optimiser l’ensemble de la chaine. Pour cela, grâce à des outils d’intelligence artificielle et de Machine Learning, il est possible de simuler numériquement l’ensemble des flux de la Supply Chain. Cela permet ainsi de tester différents « scénarios » et d’évaluer le plus avantageux.

 Smart Fashion 4.0

L’un des objectifs du projet de recherche Smart Fashion 4.0 est de permettre la possibilité d’une relocalisation en France de la production textile, jusqu’ici majoritairement à l’étranger, tout en restant compétitif. Pour cela, toujours grâce à l’étude des Big Data, il est possible de définir très rapidement les tendances de mode et d’adapter aussitôt le développement (Design 4.0) puis la production de tel ou tel article pour répondre efficacement à la demande. Ainsi, cette Production 4.0, locale en France, permet de réaliser des économies, par sa réactivité, pour contrebalancer une main d’œuvre plus chère.

Finalement, tout cela permet de valoriser la production textile locale et, notamment, de soutenir le travail de la main d’œuvre locale (couturiers, etc.) tout en maintenant la compétitivité. L’industrie 4.0 pourra s’appliquer notamment aux entreprises de prêt-à-porter historiques du nord de la France.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email